Fiches AutoLogique
Conseils
Nos liens/Our links
Courrier
Carrefour internet de l'automobile
The Automobile Internet Interchange Magazine AutoLogique

Fiches AutoLogique Conseils Nos liens/Our links Courrier
Carrefour internet de l'automobile The Automobile Internet Interchange
Solutions web - Communications AutoLogique - Web solutions
Conception - Design
Hébergement - Hosting
Publicité - Advertising

Mythes et légendes

Les freins ABS: est-ce aussi efficace qu'on le prétend?


Photo: General Motors du Canada

Technologie en évolution constante depuis plusieurs années, le freinage ABS («Anti Block System») ou ALB («Anti-Lock Brake»), est un système qui empêche le blocage des roues lorsque l'on active les freins. Le raffinement se sent et s'entend. C'est-à-dire de moins en moins de secousses et de vibrations se font sentir sous la pointe des pieds. Également, les freins ABS font moins de bruit.

Le principe de cet attribut de sécurité consiste à offrir un contrôle en toutes circonstances. D'emblée, nous pouvons certifier une chose: il n'a pas été mis au point pour la conduite sur les routes du Québec. Certaines surfaces de conduite exigeraient que l'on puisse désactiver le système. Les distances de freinage sont parfois dangereusement allongées. Nous y reviendrons.


Photo: Toyota Canada

Le système de freins ABS permet de contrôler le véhicule en freinage d'urgence. En cas de danger, le premier réflexe est d'appuyer à fond sur les freins. Avec des freins non équipés du système ABS, ce réflexe de panique a pour effet de diriger le véhicule dans le sens du blocage des freins et sans pouvoir contrôler le véhicule. Si la surface est sablonneuse, le véhicule glisse. C'est le même résultat si on freine sur de la glace. Le dérapage survient et on n'y peut rien.


Photo: SAAB Canada

L'antiblocage apporte une part de remède. En appliquant sèchement les freins, des capteurs situés à chaque disque ou tambour empêchent les freins de bloquer. Leur mission est de voir à éviter tout blocage des roues et d'en réduire la vitesse de rotation jusqu'à régularité. Ce système permet de garder le contrôle sur la trajectoire du véhicule. Ainsi, on peut aisément éviter des obstacles, qu'auparavant on aurait emboutis. La grande qualité est donc le contrôle possible, même avec les freins à fond. De telles techniques de freinages étaient déjà utilisées (ex.: freinage au seuil en évitant le blocage). La trajectoire de freinage reste donc linéaire avec les freins ABS.

Maintenant, l'autre côté de la médaille... Sur une surface très glissante, l'ABS a tendance à allonger les distances de freinage, sur les routes glacées ou avec de la gadoue (deux types de surfaces fréquemment rencontrées au Québec). Étant donné que la fonction de l'antiblocage est d'éviter que les roues bloquent afin de conserver le contrôle du véhicule, le système relâchera, réactivera et relâchera (et ainsi de suite...) très rapidement les freins tant que les pneus et le système n'auront pas suffisamment de prise. Dans une telle situation où l'adhérence est nulle, la distance de freinage sera démesurément longue. Tous ces freinages à pulsions très rapides sont, dans certains cas, senties sous le pied, et dans certaines autres voitures, ils seront imperceptibles. Comme on peut le constater, dans certaines situations, il serait préférable de pouvoir désactiver temporairement le dispositif d'antiblocage.


Photo: Toyota Canada

De plus, la qualité des pneumatiques est gage de sécurité. Il vaut mieux un véhicule sans freins ABS muni de très bons pneus qu'un autre muni des freins ABS avec des pneus glissants. Étant donné que la notion d'antiblocage des freins est nouvelle, l'autre facette importante est de savoir utiliser les freins ABS. Il est d'instinct d'éviter un obstacle rencontré mais la force du système ABS est de permettre de l'éviter tout en gardant le contrôle du véhicule.

Ainsi donc, il y a de très bons côtés aux freins antiblocage, mais il faut respecter certaines règles de base. Afin d'optimiser le freinage, de bons pneus sont essentiels ainsi qu'un système de freinage en ordre.

Enfin, dans certaines contrées (telles nordiques), il serait agréable de pouvoir, selon la température, décider de désactiver temporairement le système. Mais, il serait utopique de croire qu'on nous laissera décider, beau temps, mauvais temps.

Un dernier petit truc afin d'éviter de se trouver dans une fâcheuse position, est de conserver une bonne distance entre votre véhicule et votre voisin d'en avant, surtout lors de la saison hivernale.

Patrice Bernard

Copyright © 1996-2000 Communications AutoLogique Tous droits réservés.